Avignon Demain Le Blog des Militants FN RBM

Accueil » Actu » TV Libertés : La communauté chinoise se rebiffe – Journal du mardi 28 mars 2017

TV Libertés : La communauté chinoise se rebiffe – Journal du mardi 28 mars 2017

Au sommaire du journal télévisé :

1) Sécurité / La communauté chinoise se rebiffe ; 
2) Economie / Guyane : 4 milliards pour quoi faire ; 
3) International / Russie : offensive anti-Poutine ; 
4) International / Iran, J-52 avant l’élection présidentielle ; 
5) L’actualité en bref

Penelope Fillon entendue par les juges. Brigitte Macron en Une de Gala. Les deux potentielles premières dames sont dans le feu des projecteurs, mais le traitement médiatique n’est pas le même… Retour sur un phénomène qui en dit long.

Derrière chaque grand homme se cache une femme. C’est ce qui pourrait justifier la propension de la presse à s’intéresser d’aussi près aux épouses de François Fillon et d’Emmanuel Macron. Pour la première, le traitement est loin d’être clément. Originaire de la perfide albion, Penelope Fillon ne peut être une femme bien pour la presse française. Suspectée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif comme assistante parlementaire de son époux, cette femme de l’ombre, discrète mère de famille, a été jetée en pâture. En début de matinée de ce mardi, l’épouse de l’ancien premier ministre s’est rendue à la convocation des juges. Condamnée dès les premiers soupçons, Penelope Fillon est devenue la plus célèbre coupable de France, avec son premier coupable de France de mari… vêtu de dispendieux costumes…

Pendant ce temps, l’élégante Brigitte Macron bénéficie de toute l’admiration des medias. Impeccablement habillée – et pour cause, c’est Vuitton qui régale -, l’ancienne prof de français du jeune Macron, devenue son épouse, ne laisse rien au hasard… Le manque de naturel ne rebute pas les médias pour autant, au contraire. Devenue la grande amie de Delphine Arnault, la fille de Bernard Arnault, PDG de LVMH, Brigitte Macron a eu le droit à un rhabillage en détail avec des ensembles généralement vendus pour la modique somme de 5000 euros en moyenne… donnant lieu à quelques impairs, comme s’en délecte l’épouse de Dominique Strauss-Kahn, Anne Sinclair, dans son livre Chronique d’une France blessée… En effet, lors de la cérémonie aux Invalides en hommages à Michel Rocard, l’épouse du jeune loup de la finance serait arrivée armée de talons aiguilles et d’une tenue affriolante plus adaptée à la “fashion week parisienne” qu’à un enterrement. Autre choix vestimentaire douteux… Le jour de son mariage avec son banquier de mari. En effet, visiblement moins aisée qu’aujourd’hui, Brigitte avait visiblement choisi de se faire épouser … en nuisette. (Illu http://ift.tt/2nyf7E0 )

Bref, l’avantage des tenues extra-courtes de Brigitte Macron, c’est que les journalistes ont pu se délecter de sa minceur… Nouvelle idée pour faire la promotion de la première dame idéale pour le système. Ainsi, le magazine “people” Gala titrait sur les 5 secrets minceur de Brigitte Macron… à la silhouette impeccable… grâce à sa discipline. On apprend ainsi que Madama fait du sport tous les jours… Loin des rangs de l’éducation nationale, Brigitte Macron a le temps d’enfourcher son vélo d’appartement chaque matin pendant une heure. En toute logique, elle confie volontiers adorer la marche… on sait donc comment le nom du mouvement de son mari est né… Gala nous explique également que le stress engendré par la campagne présidentielle lui permet de brûler des calories…

Au delà des petits secrets de Brigitte… enfin, ceux que l’on peut révéler… on note également la profusion de Une du couple Macron. Les Macron à la mer, les Macron à la plage, les Macron à Rome… bref, le couple parfait fait vendre… Brigitte 63 ans, Emmanuel 39 ans, le couple moderne est une publicité permanente, laquelle permet de faire grimper le capital sympathie de l’ancien banquier Rothschild … et puis si cela ne suffit pas… il ne restera plus qu’à prendre une photo des époux Fillon convoqués par les juges…

L’opération séduction du système pour faire grimper Emmanuel Macron ne recule donc devant rien… et force est de constater que ça marche pas mal… En effet, plus la campagne avance, plus Macron s’impose face à un Benoît Hamon sombrant toujours plus à gauche et toujours plus bas… L’occasion, de faire un tour d’horizon de l’extrême-gauche dans cette présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou… L’extrême-gauche a ses quatre belles têtes de vainqueur pour la présidentielle de 2017 !

Dans le lot, des institutionnels comme Benoît Hamon. Ex-frondeur du gouvernement Valls, le candidat officiel du Parti Socialiste est bien parti pour faire un score inférieur à celui de Lionel Jospin – moins de 17 % – en 2002. Si son élection haut la main lors de la belle alliance populaire lui confère une légitimité, l’apparatchik issu des jeunesses socialistes, est loin de l’envergure d’un François Mitterrand…

Autre candidat institutionnel d’extrême-gauche : Jean-Luc Mélenchon. Après un tour de force pour s’imposer comme candidat naturel des communistes contre l’avis des cadres du parti, le candidat de la France insoumise rassemble les mécontents de la fonction publique et autres bobos en mal de drapeaux rouges. Plus charismatique et plus cultivé que son compère socialiste… deux défis pas trop difficiles à relever, Mélenchon mise à terme sur un délitement du PS pour en récupérer l’aile gauche… En attendant, il mise en partie sur le vote ethnique et s’est adonné parfois à des déclarations pour le moins étonnante…

Et si Mélenchon et Hamon peineront pour atteindre les 30 %… à eux deux, une qualification pour le second tour relèverait de l’exploit. Un exploit auquel ne peuvent même pas décemment penser leurs concurrents à la gauche de l’extrême-gauche…

Nathalie Arthaud et Philippe Poutou pour Lutte Ouvrière et le Nouveau Parti Anticapitaliste n’ont d’ailleurs pas la prétention de casser la baraque pour 2017. Ils entendent surtout faire parler d’eux pour pousser à une révolution prolétarienne qui permettrait la chute de l’Etat jugé allié du grand capital…

De son côté, déjà fier d’avoir réussi à réunir les 500 signatures d’élus pour se présenter, Philippe Poutou assume aussi son rejet du scrutin présidentiel et ne se fait pas trop d’illusion…

La lutte sociale comme emblème de combat politique, c’est ce qu’a tenté l’extrême gauche « hors les murs » pendant le quinquennat Hollande. Mais force est de constater que sous une présidence socialiste, difficile d’exister à la gauche du pouvoir. Les mobilisations ont toutes tourné court…

Nuit Debout en est la parfaite illustration… Un mouvement contestataire qui s’est finalement résumé à des militants mal formés au « post marxisme » embrumés dans les effluves de cannabis qu’ils veulent légaliser…

Une évolution qui tournera à l’échec, sans objectif ni mot d’ordre, sans structure ni tête d’affiche, Nuit Debout est finalement allé se coucher. Incapable de mobiliser et surtout de produire un discours compréhensible, les manifestants se sont lassés. Un échec que l’on pouvait entrevoir à peine un mois après le début de la mobilisation…

Finalement, quelques semaines plus tard, les gauchistes en herbe lâchent le pavé pour retrouver l’appartement cossu de papa et maman dans les beaux quartiers parisiens…

Le délitement de l’extrême gauche ne touche toutefois pas que les mouvements anarcho-communistes, ou altermondialistes. Les syndicats peinent aussi à mobiliser… dépassés par les black blocks et autres organisations violentes, comme en témoigne les charges subies par le Service d’Ordre de la CGT en mai dernier lors des manifestations contre la loi travail.

La montée en puissance du syndicalisme de négociation incarné par la CFDT, le grand remplacement de la cause ouvrière par les questions sociétales comme les droits LGBT et l’incapacité à rassembler et à mobiliser les troupes ont fini d’achever une extrême gauche syndicale déjà aux abois. Restent toujours les groupes autonomes, comme les blacks blocks, qui profitent du laxisme de l’Etat pour faire parler d’eux, en marge des manifestations… Ultime motif d’espoir pour la gauche de la gauche : la naissance d’un pôle de centre gauche autour d’Emmanuel Macron laissant la place à une gauche de contestation, mais pour fonctionner, encore faudra-t-il être rassemblé.
***
Et malgré ses faibles chances à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon ne compte pas dire son dernier mot. Alors que France 2 a programmé le débat présidentiel le 20 avril – 3 jours avant le 1er tour – le leader de la France Insoumise a annoncé qu’il refusait de participer. Il considère que l’émission est programmée trop tard dans la campagne et précise que son agenda n’est pas compatible. Mélenchon déplore que les dates soient fixées par les chaînes sans consultation et que tous les candidats soient conviés en même temps… Par ailleurs, une proche du candidat considère que la proximité avec le 1er tour place les concurrents pour l’Elysée face à l’impossibilité de répondre à d’hypothétiques boules puantes… à croire qu’il en reste encore à dégainer dans cette campagne…

1) Sécurité / La communauté chinoise se rebiffe

Troubles ethnico-communautaires en plein coeur de Paris ! Des centaines de manifestants d’origine chinoise se sont rassemblés, lundi, devant le commissariat du 19ème arrondissement de Paris après le décès d’un des leurs lors d’une intervention policière. Thibault Bastide

La communauté chinoise se révolte ! Après la mort dimanche soir d’un individu de 56 ans a son domicile, une manifestation a totalement dégénéré, lundi, devant le commissariat du 19ème arrondissement de Paris.  Habituellement discrète,  la communauté s’est montrée très agressive provoquant de véritables émeutes. En effet, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées en mémoire de Shaoyo Liu, l’individu tué par un policier lors d’une intervention à son domicile. Cependant le fonctionnaire mis en cause aurait répondu à une agression à l’arme blanche. Une version formellement contestée par les proches du quinquagénaire.  

Ainsi, la thèse d’une nouvelle bavure policière est avancée. Pourtant, selon une source proche de l’enquête, Shaoyo Liu présentait des troubles psychiatriques.

La communauté chinoise s’est donc emparée de l’affaire et les manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre et le commissariat. Le bilan de ces affrontements est assez conséquent :  35 interpellations, 3 fonctionnaires de police blessés et des véhicules endommagées.

De plus, le dialogue paraît compromis. En effet, une rencontre devait avoir lieu entre les autorités de police et une délégation de membres de la communauté asiatique.

Cet épisode illustre la division communautaire de la capitale où la diaspora chinoise prend une place de plus en plus importante. Discrète mais efficace, elle s’impose dans les commerces de proximité reprenant à tour de bras les bars-tabacs et les restaurants asiatiques, vietnamiens, chinois et japonais. Une prolifération qui crée une concurrence déloyale, ces établissements profitants d’une solidarité ethnique mais aussi souvent d’une main d’oeuvre non déclarée

Peu enclin à la violence à l’égard d’autres communautés, les chinois n’en demeurent pas moins une communauté soudée et qui ne rechigne pas à organiser sa propre défense…

Suite à ces violences, Pékin s’est mêlé de l’affaire. La Chine a demandé à la france de protéger la sécurité et les droits de ses ressortissants. Par ailleurs, la porte parole du ministère chinois des affaires étrangères a indiqué que Pékin avait officiellement exigé que Paris fasse toute la lumière sur cette affaire.

2) Economie / Guyane : 4 milliards pour quoi faire

La grève générale décrétée dimanche en Guyane et pour toute la semaine. Pour le moment, le suivi du mouvement semble assez timide, mais il n’empêche, la situation était explosive depuis des années… les habitants se disent abandonnés par Paris :

Un territoire grand comme la Nouvelle Aquitaine, couvert à 96 % de forêts… 700 kilomètres de frontières terrestres quasiment impossibles à sécuriser, au coeur de la jungle sud américaine…

On compte même 6000 kilomètres carrés, soit, l’équivalent d’un département français, qui font théoriquement aussi partie de la Guyane, mais la souveraineté française est contestée par le Surinam voisin.. conséquence, ce territoire, habité par quelques dizaines d’amérindiens, est administré… ou plutôt sillonné par l’armée et la gendarmerie… françaises… La Guyane Française, c’est également  250 000 habitants dont la moitié sont âgés de moins de 25 ans…

On compte 25 % de chômeurs dans la population mais 3 jeunes sur 4 ne vont plus à l’école et sont sans emploi… enfin 10 % des habitants touchent le RSA,  soit deux fois plus que dans un département comme la Seine Saint Denis…

Enfin, on considère que plus de la moitié de la population active, en Guyane, occupe un emploi public ou parapublic…  Certains chiffres évaluent à 65 % la part de l’Etat dans l’économie locale… Mais l’INSEE estime même que 90 % du PIB de la Guyane est généré directement ou indirectement par la puissance publique, ou les transferts financiers émanant de la métropole ou de l’Europe. Voilà, en quelques chiffres, le tableau de bord de la Guyane… il y a bien le centre spatial de Kourou, qui emploie 1700 salariés et dont dépendent, en tout 9000 personnes avec les sous-traitants, mais la Cour des comptes rappelle que 80 % des coûts du centre spatial sont à la charge de la France. Résultat, l’économie guyanaise est arrimée à la métropole : plus de la moitié de ce qu’elle importe vient de France, même chose, quasiment pour ce qu’elle exporte, c’est à dire pas grand chose… les échanges avec le Brésil voisin, qui a pourtant une longue frontière commune avec la Guyane française, ne représentent que 0,5 % de son produit intérieur brut..
On comprend donc aisément que les guyanais se révoltent, quand des flots d’immigrés clandestins… originaires notamment du Surinam voisin, tentent de profiter des soins gratuits et des allocations… et quand ils ne peuvent pas, prennent de force cette manne en tuant et en volant… Les Guyanais savent parfaitement que Paris ne peut pas grand chose pour l’économie locale, déjà largement sous perfusion.. Mais ce qu’ils réclament c’est un bouclage des frontières et plus de sécurité à l’intérieur des terres… Cayenne, 26000 habitants.. 10 % de la population, est devenu un véritable coupe gorge la nuit… on a dénombré près de 50 morts violentes ces 12 derniers mois.. soit sept fois plus qu’à Marseille sur la même période.

3) International / Russie : offensive anti-Poutine

Nouvel assaut médiatique contre Vladimir Poutine ! Les médias occidentaux se plaisent à relayer des informations très favorables à un opposant au pouvoir en place. Mais derrière les manifestations anti-corruption de ces derniers jours, se cache en réalité un opposant girouette : Alexeï Navalny et une volonté de déstabilisation contre Moscou.

Quelques milliers de manifestants voir quelques dizaines de milliers dans toutes la Russie, c’est ce que les médias occidentaux de gauche appellent un raz de marée contre le pouvoir en place !

Dimanche, des marches anti-corruption se sont déroulées dans tout le pays avec des réussites inégales. Plusieurs centaines de manifestants ont été arrêtés lors de ces rassemblements interdits dans la majorité des 99 villes où ils avaient lieu.

Mais c’est surtout un homme qui a attiré le feu des projecteurs : Alexeï Navalny nouvelle coqueluche des médias occidentaux. Condamner à une peine quasiment symbolique de 15 jours de prisons et 330 euros d’amendes pour refus d’obtempérer lors de son arrestation et organisation d’une manifestation illégale. A un an de l’élection présidentielle, Navalny entend surtout faire parler de lui dans la course au Kremlin…

La campagne présidentielle d’Alexeï Navalny est donc bien lancée au niveau international, trois mois après son annonce de candidature en décembre dernier. Derrière cette candidature anti-Poutine et soutenue par la bienpensance occidentale, se profile l’ombre de réseaux de déstabilisations du type open society de Georges Soros et une volonté à moyen terme de déstabiliser la Russie. Alexeï Navalny n’est pourtant pas un nouveau venu dans la vie politique russe, il s’apparente plutôt à une véritable girouette !

Membre, un temps, du parti social-libéral Iaboko, il naviguera ensuite entre l’extrême gauche et les milieux ultra-nationalistes… Il participera d’ailleurs à la Marche Russe à plusieurs reprises, une manifestation nationaliste annuelle hostile à l’immigration, à l’islam et à Vladimir Poutine. Le soutien occidental à ce personnage peut donc étonner, Navalny a notamment déclaré que la question migratoire est plus importante que la crise ukrainienne ou encore qu’il ne rendrait pas la Crimée à l’Ukraine s’il avait le pouvoir. Des positions qui paraissent contradictoires avec les politiques de l’Union Européenne et des Etats-Unis.

A court terme difficile de faire vaciller le pouvoir en place. Vladimir Poutine profite en effet d’une cote de popularité toujours très forte auprès des électeurs.

En France, l’offensive anti-Poutine se prolonge mardi soir avec le reportage « fans de Poutine » sur la chaîne franco-allemande Arte et qui se veut une analyse des liens entre le Kremlin et les partis populistes ou nationalistes en Europe.

4) International / Iran, J-52 avant l’élection présidentielle

L’élection présidentielle iranienne, un événement majeur du Proche Orient ! A 52 jours du scrutin, le président iranien s’est rendu ce mardi en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine. Retour sur la situation géopolitique de la plus grande puissance chiite et sur les enjeux diplomatiques et économiques du scrutin.

A 2 mois de l’élection présidentielle, le président iranien Hassan Rohani a rencontré Vladimir Poutine ce mardi à Moscou. Une visite cruciale pour celui qui se présentera le 19 mai devant les électeurs pour briguer un second mandat. Son déplacement visait à établir des accords dans le secteur agricole, nucléaire et avec l’Union économique eurasiatique composée de la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kurdistan et l’Arménie.

Le chef d’Etat sortant est critiqué sur son rapprochement avec l’Occident et sur son bilan économique notamment le manque de retombées liées à l’accord sur le nucléaire.

Quoi qu’il en soit, pour le scrutin présidentiel, Hassan Rohani, candidat conservateur allié aux réformistes devrait être opposé au candidat indépendant Hamid Baghaie, ancien vice-président du conservateur Mahmoud Ahmadinejad. Ce dernier ayant renoncé à se présenter en septembre dernier. Le Guide avait estimé que sa candidature conduirait à une “bipolarisation nocive” dans le pays. Dans le camp conservateur, le “Front populaire des forces de la révolution islamique” s’est réuni en vue de présenter un candidat unique mais aucune personnalité n’a émergé pour l’instant. Le Conseil des gardiens de la constitution donnera son autorisation aux candidatures 15 jours avant la présidentielle.

Bernard Hourcade, directeur de recherche émérite au CNRS, nous explique les enjeux du scrutin.

Notons que depuis la création de la République islamique d’Iran en 1979, tous les présidents sollicitant un second mandat ont été réélus.  

5) L’actualité en bref

***

Le BTP marseillais victime de racket ! La fédération du bâtiment estime à 50 millions d’euros la perte annuelle liée à cette délinquance. La société Télésurveillance Gardiennage Intervention, dirigée par Rafik Zeroual, aurait exercé des pressions afin d’obtenir des contrats et bloquer des chantiers pour imposer l’embauche de jeunes de banlieue. Neuf prévenus sont jugés depuis lundi par le tribunal correctionnel de Marseille pour cette affaire d’extorsion.

***

Du palais présidentiel à la prison. Le parquet a demandé, lundi, l’arrestation de l’ex présidente  de Corée du Sud, Park Geun Hye. L’appareil judiciaire craint qu’elle ne détruise des preuves de son implication dans le scandale de corruption et de trafic d’influence. Park Geun Hye risque 10 ans de prison pour avoir laissé sa confidente récolter des millions d’euros de la part de grandes sociétés en retour de faveurs politiques.

***

Le chanteur des Sexpistols à contre courant ! Johnny Rotten, leader du célèbre groupe de rock punk britannique, revendiquant son appartenance à la classe ouvrière, a salué la décision de ses compatriotes de sortir de l’Union européenne. Il a par ailleurs qualifié Nigel Farage, l’ancien chef du UKIP,  d’homme “fantastique”. L’artiste a également accusé les media américains d’avoir traité Donald Trump de raciste. Une position qui dénote avec la majorité des personnalités du showbiz qui prennent fait et cause pour le camp des progressistes libertaires.

Source http://ift.tt/2nszGQx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :