Avignon Demain Le Blog des Militants FN RBM

Accueil » Actu » TV Libertés : L’extrême gauche brûle le muguet – Journal du mardi 02 mai 2017

TV Libertés : L’extrême gauche brûle le muguet – Journal du mardi 02 mai 2017

1) Sécurité / L’ extrême gauche brûle le muguet

2) Société / Famille : L’éducation face aux écrans

3) Économie / Le Bitcoin bat de nouveaux records !

4) L’actualité en bref

L’extrême gauche met le feu au 1er mai ! Lundi, les manifestations organisées par les syndicats ont dégénéré à Paris. Des militants autonomes se sont mêlés aux cortèges afin d’en découdre avec les forces de l’ordre. Deux fonctionnaires ont été grièvement blessés. 6 policiers blessés dont 2 grièvement. Voilà le résultat des violences de l’extrême gauche !

Alors que les syndicats avaient appelé au rassemblement lundi dans les rues de Paris, les manifestations ont surtout été marquées par l’extrême violence d’individus cagoulés. Dès le départ du cortège, environ 150 militants vêtus de noirs ont été signalés. Ces casseurs professionnels, venus dans le but de “casser du flic”, ont pris position en face des forces de l’ordre. Séparés du reste du cortège, ces membres de Black Bloc ont pu déchaîner leur violence. Des projectiles et des cocktails Molotov ont plu sur les fonctionnaires de police.

Ultime démonstration de force pour les candidats à la présidentielle. Le 1er mai a été l’occasion de réunir leurs supporters pour un dernier meeting en région parisienne. D’un côté, Marine Le Pen à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, de l’autre, Emmanuel Macron à la Villette dans le XIXème arrondissement de la Capitale. Deux France s’affrontaient.

Marine Le Pen poursuit sa progression et l’étau se resserre. La candidate du Front National est désormais à 41 % d’intentions de vote contre 59 pour Emmanuel Macron dans l’étude Kantar Sofres, 2 points de plus que lors du dernier sondage.

Une progression que Marine Le Pen a également matérialisé par l’annonce du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, vendredi soir, lequel deviendra son premier ministre en cas de victoire.

Preuve de la capacité d’ouverture du mouvement patriote de Marine Le Pen, cette alliance sonne dans les esprits comme la fin de l’ostracisme du FN sur l’échiquier politique. Une aubaine, mais également la fin de l’argumentation consistant à présenter le parti comme unique en son genre. L’union entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen s’est établie sur 6 points. Pas de délai de carence pour l’école des enfants d’étrangers illégaux, la reconnaissance du vote blanc, l’augmentation des allocations pour les handicapés, une loi pour une politique plus éthique, dont l’inéligibilité pour les individus ayant un casier judiciaire. L’accord prévoit également une refonte de la taxation sur les importations, initialement fixée à 3 % dans le programme de Marine Le Pen… Et point le plus important, l’accord considère que la sortie de l’euro n’est plus un préalable pour mener la politique économique… Un véritable bouleversement pour le parti qui considérait que rien n’était possible sans la fin de la monnaie unique.

Le rapprochement entre Nicolas Dupont-Aignan a été unanimement bien accueilli dans les rangs du FN… Moins chez Debout la France, puisque Dominique Jamet, le vice-président du mouvement a donné sa démission. Quoi qu’il en soit, l’union a été consommée lundi à Villepinte, puisque Nicolas Dupont-Aignan a ouvert le meeting de Marine Le Pen, sous les acclamations des militants…

Le ton était donc donné. L’heure est au rassemblement des patriotes.

Au delà du rassemblement, le concurrent en Marche était également ciblé lors du discours de Marine le Pen. La candidate du FN a présenté le banquier comme le candidat installé par le système pour défendre la finance… le tout dans la droite lignée de François Hollande.

Ce dernier meeting à Paris était un succès pour la candidate patriote. Les organisateurs ont annoncé la présence de 25 000 militants, contre 10 000 du côté des prestataires de service. Une réussite indéniable.

De son côté, le chouchou des médias, Emmanuel Macron, était donc à la Villette pour finir sa campagne parisienne. Après avoir mené un véritable marathon des hommages, le banquier donnait son meeting parisien lundi pour confirmer son avance dans les sondages.

Répondre aux attaques. Voilà à quoi s’est résumé le meeting d’Emmanuel Macron à la Villette. Quelques heures après la réunion de Marine Le Pen, le banquier a tenté de rendre coups pour coups à son adversaire, quitte à utiliser les vieux ressorts de diabolisation. Une stratégie pratique pour le candidat sans programme.

Le poulain de l’Elysée s’est donc présenté en grand défenseur de la République. L’ancien ministre de l’économie avait également à coeur de séduire les indécis… qui, dans l’entre deux tours, n’ont pas encore fait leur choix. Dans ce cadre, il a mis le paquet sur l’ouverture. Se présentant comme le candidat de la défense de toutes les familles, comprendre homoparentales, Macron a voulu appuyer sur ses atouts de libertaire…

Heureusement, dans sa lutte, Emmanuel Macron n’est pas seul… Olivier de Sagazan, un artiste, sans doute de grand renom, avait tenu à mettre en garde les Français quant au péril d’un vote Front National… et ce, d’une manière originale :  en aboyant durant 3 heures sur le parvis de la Défense.

L’artiste a été rejoint par un congénère pour aboyer à l’unisson…

Pas sûr que la performance ait une véritable influence dans les urnes…

Et puis, demain sera le jour J pour le grand débat de l’entre deux tours. Rendez-vous incontournable de l’élection présidentielle depuis 1974, le face à face 2017 opposera les deux finalistes sur TF1 et France 2 à 21h. Le débat sera animé par un journaliste de chacune des deux chaînes, Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq. Pendant 2h20, les candidats débattront sur dix thèmes imposés. Une soirée décisive à 4 jours du second tour qui pourrait faire basculer une partie des indécis. En règle générale, les vainqueurs du débat ont toujours remporté la victoire le soir de l’élection. Une règle à nuancer toutefois puisque  ce sont les médias qui choisissent les vainqueurs des débats…

1) Sécurité / L’extrême gauche brûle le muguet

Les forces de l’ordre ont répondu par des tirs de grenades lacrymogènes inefficaces face à l’organisation et la détermination des casseurs. Malgré ces répliques, les dégâts humains et matériels ont été nombreux. En effet, selon un bilan dressé lundi par le ministre de l’intérieur, Matthias Fekl, deux fonctionnaires ont été grièvement blessés, l’un à la main et l’autre au visage. Dénonçant avec une “habituelle” grande fermeté ces actes de violence, le ministre devrait se rendre au chevet des blessés dès que leur état de santé le permettra. En outre, Matthias Fekl  a affirmé que ces actes ne resteront pas impunis. Malheureusement pour l’ancien secrétaire d’Etat, ses paroles ne sont, pour le moment, suivies d’aucun acte. En effet, si cent cinquante militants d’extrême gauche ont été isolés par les forces de l’ordre lors de la manifestation, cinq seulement ont été interpellés pour port d’arme prohibé, violences à agents de la force publique et dégradations et seulement deux placés en garde à vue.

Malgré ces démonstrations de violences au sein de leur cortège, les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires ont poursuivi leur rassemblement et n’ont adressé aucun communiqué. De son côté, Jean-Luc Mélenchon,présent lors de la manifestation, a versé sa petite larme, non pas en apprenant les blessures policières mais en entendant ses sympathisants le remercier.

Enfin, le rassemblement des syndicats CFDT, UNSA et  FAGE, contre le Front National, n’a mobilisé que quelques centaines de personnes. Ces organisations sont réputées conciliantes avec le pouvoir socialiste sortant et pourrait servir de “faire valoir” à un hypothétique prochain gouvernement de centre gauche.

2) Société / Famille : L’éducation face aux écrans

Les parents ont du mal à élever leur progéniture ! Ce n’est pas une nouveauté, mais bien une tendance qui se confirme très largement. Une étude récente fait état des difficultés des parents à éduquer leurs enfants… La présence des écrans aurait une place centrale dans la perte de contrôle…Floriane Jeannin

Près d’un parent sur deux peine à éduquer sa progéniture ! C’est le résultat d’un sondage mené par l’institut BVA pour la fondation d’Auteuil… Ordinateurs, consoles de jeu, tablettes ou téléphones, voilà les principales causes des difficultés parentales. Si tous ces outils font la fierté de l’ingénierie occidentale et permettent l’accès aux connaissances, elles sont bien souvent mal gérés par les petites têtes blondes en mal d’accompagnement familial.

Le déséquilibre engendré par l’absence de lecture et le trop plein d’écrans pose des problèmes de développement pour l’enfant notamment dans l’essor de son imaginaire, aujourd’hui souvent conditionné par des logiques marchandes… Cette problématique des nouvelles technologies atteint un sommet chez les parents de jeunes adolescents, c’est-à-dire entre 11 et 14 ans. 61 % d’entre eux n’arrivent pas à lutter face aux petits appareils intelligents…

Après la problématique des nouvelles technologies, viennent la difficulté d’accompagner l’enfant dans son apprentissage scolaire, la faible participation des bambins aux tâches ménagères et les problèmes de comportement en tout genre : alimentation, lever, coucher ou encore politesse.

Plus inquiétant, quatre parents sur dix disent se sentir « seuls » face à l’éducation de leurs enfants… Une éducation qui est pourtant inhérente à leur rôle dans la cellule familiale… La décomposition du modèle familial traditionnel amplifie cette tendance, tendance qui devrait s’affirmer avec les derniers bouleversements qu’a connus le code civil avec la loi Taubira sur le mariage homosexuel notamment.

La perte d’autorité, le manque de responsabilité des parents devant la tâche qui leur incombe ou encore le rôle, parfois néfaste, joué par l’éducation nationale ne sont en revanche pas évoqués par l’étude…

3) Économie / Le Bitcoin bat de nouveaux records !

Le Bitcoin. Cette monnaie alternative, totalement virtuelle et électronique, est encore confidentielle. Et si elle a connu quelques déboires dans le passé.. cela semble un temps révolu. Son cours n’a jamais été aussi haut. Natasha Koenigsberg

Soyons honnêtes : le Bitcoin n’est qu’un épiphénomène, qui ne concerne que quelques dizaines de milliers de passionnés en informatique sur la planète et autant de traders boursicoteurs… Mais le Bitcoin a une vertu énorme : il montre et démontre que la monnaie n’est pas un concept rigide et intangible…

Ainsi, par opposition à la monnaie fiduciaire, celle que nous connaissons et utilisons tous les jours avec ses pièces et ses billets, le Bitcoin est une monnaie totalement virtuelle car électronique..

Bien que virtuelle, elle est en plus totalement indépendante : elle ne dépend d’aucun gouvernement, d’aucune entreprise pour en garantir la valeur…

Le bitcoin est en fait hébergé non pas dans un ordinateur, mais dans des millions de par le monde, qui, techniquement le “calculent” toute la journée…

Les échanges en bitcoins, pour se réaliser en toute sécurité, s’appuient sur des calculs informatiques complexes, dont des petits morceaux sont eux aussi confiés aléatoirement aux ordinateurs faisant partie du réseau Bitcoin.

Enfin, le nombre de bitcoins en circulation est fixe, pour éviter tout risque d’inflation, mais aussi, de création de fausse monnaie. Résultat : le Bitcoin ne s’est jamais aussi bien porté : son cours unitaire dépasse 1200 dollars contre seulement 400 à la même époque l’an dernier. Il a même servi de valeur refuge ces derniers jours lorsqu’une société de courtage américaine a connu des difficultés : ses clients ne pouvant plus retirer leurs mises en dollars ou en euros, ils les ont convertis, par prudence,en bitcoins, le temps de laisser passer l’orage.

On le voit, les échanges internationaux, qui ont besoin d’une monnaie, pourraient donc parfaitement se passer de l’euro ou du dollar, et surtout, des monnaies fiduciaires.. Intéressant, alors que le débat autour de la monnaie unique européenne prend un nouveau tournant dans l’entre deux tours de l’élection présidentielle…

Il y a bien eu, autrefois, avant l’Euro, une monnaie commune qui était elle aussi virtuelle car totalement électronique et ne dépendait d’aucun Etat : il s’agissait de l’Ecu qui signifiait European Currency Unit ou Unité de compte Européenne… Elle permettait à chaque pays membre d’être à sa place en fonction de ses performances économiques sans menacer ni les autres, ni l’ensemble..

Le Bitcoin prouve qu’une nouvelle monnaie commune ET surtout, indépendante, pourrait facilement voir le jour demain, par exemple, en Europe. Elle faciliterait grandement une éventuelle transition vers des monnaies nationales pour les pays qui souhaiteraient reconquérir leur souveraineté monétaire, tout en rendant les transactions internationales aussi faciles et fluides qu’avec l’euro…

4) International / Philippines : Duterte, un président cow-boy controversé

Direction les Philippines à présent ! Depuis 11 mois, le pays est dirigé par un président controversé : Rodrigo Duterte. Connu pour sa lutte acharnée contre les trafiquants de drogues et ses coups d’éclats médiatiques, il est aussi à l’origine de réformes économiques, sociales et sociétales. Il a en outre probablement entamé un virage diplomatique…

Formules lapidaires, coups d’éclats médiatiques, le président philippin Rodrigo Duterte est un provocateur… mais pas seulement, l’Homme fort de Manille a obtenu de véritables résultats en matière de lutte contre le trafic de drogue : six mois après son élection près de 7 000 trafiquants ou individus impliqués dans le trafic avaient déjà trouvé la mort.

3 000 éliminés lors d’opérations militaires, 4 000 victimes des « vigilants » : des milices anti-drogues encouragées par l’Etat et composées d’ancien policiers et militaires mais aussi d’anciens rebelles musulmans et communistes.

Durant ces mêmes six premiers mois, plus de 40 000 opérations policières ont été menées, 44 000 personnes arrêtées. Si ces politiques ont permis de diminuer le nombre de toxicomanes et d’éliminer des délinquants, les dommages collatéraux sont légion et ont agacé les représentants de l’Union Européenne… Agacement auquel a très rapidement répondu le président Duterte…

Quant à Barack Obama, également critique sur la méthode Duterte… le sulfureux président lui répondra sans détour.

Une provocation pas vraiment du goût de l’ancien locataire de la Maison Blanche qui annulera la rencontre…

Décrié pour sa lutte musclée contre la drogue, Rodrigo Duterte n’est pourtant pas que le président de la lutte anti-trafic…

Depuis son arrivée au pouvoir il a lancé de grands chantiers comme la réindustrialisation du pays.

En outre le pays dispose de véritables richesses naturelles comme les mines d’or et de nickel. 23 de ces dernières, sur 41 au total, ont d’ailleurs été fermées pour des raisons écologiques… Une politique volontairement environnementale qui pourrait prochainement se heurter au puissant lobby pro mine local, appuyé par les riches familles de l’élite philippine.

Une politique économique donc mais aussi une politique sociale, puisque Rodrigo Duterte souhaite venir en aide aux travailleurs précaires en luttant contre les contrats courts.

Du côté des réformes dites sociétales, Duterte n’hésite pas à aller à l’encontre de la religion catholique majoritaire pratiquée par 85 % des Philippins, en finançant le planning familial et en encourageant le mariage homosexuel devenant ainsi une icône des milieux LGBT locaux…

Là où Duterte séduit, c’est aussi dans la gestion des guérillas ! Miné depuis des décennies par des conflits militaires internes, le pays voit dans le président Duterte un élément capable de pacifier le territoire. Né d’un père catholique et d’une mère musulmane, il entretient des rapports corrects avec les organisations autonomistes islamiques et tient à distance les groupes armés maoïstes, notamment, en nommant plusieurs ministres communistes à des postes clefs…

Du côté des relations internationales, le président Duterte pourrait bien rompre avec ses prédécesseurs. Depuis son élection il n’hésite pas à flirter avec une certaine forme de non-alignement et critique ses anciens colonisateurs n’épargnant pas son -pourtant très riche- partenaire américain…

Si les Etats-Unis demeurent un partenaire incontournable pour Manille, l’actuel président n’écarte pas un rapprochement avec d’autres puissances comme la Chine et la Russie.

A l’image de Donald Trump, Rodrigo Duterte est un personnage haut en couleur : capable des pires provocations comme de mettre en place une politique radicale de lutte contre la drogue.

Après bientôt un an au pouvoir, les Philippins sont très largement satisfaits de son action politique… Reste encore de nombreuses promesses à tenir : le doublement des salaires des policiers et militaires, la baisse des impôts… mais aussi et surtout la mutation de ce pays de plus de 100 millions d’habitants en une fédération d’états…

5) L’actualité en bref

Le 1er mai était l’occasion du traditionnel défilé pour sainte Jeanne d’Arc ! Le président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, avait rassemblé ses soutiens pour une intervention place des pyramides.

***

Fdesouche fête ses 12 ans ! Le site pionnier de réinformation animé par Pierre Sautarel souffle ainsi sa douzième bougie en pleine élection présidentielle…

Parti de rien, le blog est devenu une véritable plateforme étoffée en relayant les faits divers souvent cachés par la grande presse du système. Fdesouche fait désormais partie du paysage médiatique et compte parmi les sites les plus influents de la toile en France…

***
Seconde vie pour un observatoire astronomique ukrainien. Abandonné pendant 70 ans, le site a subi des travaux de restauration en 2008. Il pourrait servir de station météorologique et servir de base afin d’effectuer des recherches astronomiques. Les touristes pourront également s’y rendre pour profiter de la faune.

***

Le Hamas en passe de reconnaître l’Etat palestinien. Le mouvement islamiste a annoncé lundi avoir modifié son programme politique. Il accepte désormais un Etat palestinien limité aux frontières de 1967. Le Hamas insiste sur le caractère politique et non religieux du conflit avec Israël. Le document signé rejette l’existence de l’Etat hébreu et soutient la lutte armée.

Source : http://ift.tt/2lb7RgJ
©MB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :