Avignon Demain Le Blog des Militants FN RBM

Accueil » Actu » Douglas Murray (le Zemmour anglais) : « Nous ne pouvons pas assimiler massivement les immigrés. Nous nous mentons à nous-mêmes »

Douglas Murray (le Zemmour anglais) : « Nous ne pouvons pas assimiler massivement les immigrés. Nous nous mentons à nous-mêmes »

Best-seller au Royaume-Uni, « The Strange Death of Europe » soutient que notre continent meurt sous le poids de l’immigration. Rencontre avec le Zemmour anglais.

La liste des best-sellers est un excellent baromètre des humeurs d’un pays. Depuis sa parution le 4 mai, The Strange Death of Europe (Bloomsbury) trône dans le classement du Sunday Times. Son auteur, Douglas Murray, y défend la thèse que le Vieux Continent, fatigué et rongé par la culpabilité historique, est en train de mourir du fait de la trahison des élites incapables de mesurer les conséquences d’une immigration de masse. Pour le philosophe conservateur Roger Scruton, c’est « un livre d’une importance vitale », tandis qu’à gauche, le Guardian n’y voit que du racisme dans une version « plus chic, littéraire et respectable ». Depuis, les attentats à Manchester et à Londres ainsi que le débat autour du multiculturalisme n’ont fait que renforcer les tirages de l’essai.

Se rangeant résolument dans la famille des déclinistes, Douglas Murray pourrait être catalogué comme un Éric Zemmour insulaire, mais en plus jeune (il a 37 ans) et nettement plus « posh ». (…)

Douglas Murray : « Je vois deux raisons majeures à ce qu’à la fin de l’existence de la plupart d’entre nous, l’Europe ne sera plus l’Europe. La première, c’est le mouvement de masse de personnes entrant dans notre continent. Et l’autre, c’est que cela arrive au moment même où l’idée de ce que nous sommes s’est évaporée. Au point tel que n’importe qui dans le monde qui vient en Europe devient automatiquement un Européen. L’Europe n’est plus qu’un lieu commode pour le reste de la planète. Ce qui n’est pas la même chose que de partager une culture et une histoire. En France comme en Grande-Bretagne, les choses changent et ces changements sont spectaculaires sur la durée d’une seule existence, mais les élites ne le reconnaissent pas. »

Le journaliste Robert Winder, dans son ouvrage Bloody Foreigners, a montré que votre pays a toujours été une nation d’immigration…

« Les faits contredisent cet argument. Si vous prenez le dernier millénaire, l’île britannique a eu une population très stable. Les migrations les plus importantes provenaient de l’Irlande. Et il y a eu les huguenots fuyant la persécution en 1681. Mais le chiffre – 50 000 – de ces protestants à qui Charles II a offert un refuge est petit par rapport à ce qui se passe aujourd’hui, tandis que la différence culturelle entre des anglicans et des huguenots ne peut, de mon point de vue, pas être comparée avec celle avec des Pakistanais ou des Érythréens. Nous prétendons bien sûr que toutes les migrations sont les mêmes, mais ce n’est pas le cas. Et les chiffres comptent. Le mouvement de population le plus significatif dans l’histoire britannique a été l’invasion normande, ce qui, selon les estimations, représentait un changement de 5 % de la population. Or, l’événement le plus important dans l’histoire britannique n’est rien comparé à ce qui se passe aujourd’hui ! »

Avec la mondialisation, n’est-il tout simplement pas illusoire de vouloir empêcher les gens de circuler?

(…) Vous pouvez avoir une circulation de personnes, faire du business, avoir des marchés mondiaux, sans que les personnes deviennent automatiquement des citoyens. Qu’y a-t-il de tellement dur avec le fait d’affirmer les frontières ? Dans la ville d’où je vous parle, Londres, nous avons maintenant des barricades massives autour des monuments importants. Pourquoi ne pas mettre ces barrières aux frontières ?

N’est-ce pas flatteur que des gens désirent venir en Europe, car nous vivons dans un endroit pacifique, tolérant et libre ?

Évidemment ! Les gens n’émigrent pas vers l’Arabie saoudite pour la culture ou le climat. Et ils ne vont pas au Soudan pour profiter de la liberté. Ils viennent vers l’Europe, car c’est un endroit prospère, mais aussi généreux. Mais, attention, vous pouvez être dans une situation d’être flatté tout en étant mortel. À la fin, nous devons décider si nous voulons un pays avec une culture ou non. Si nous décidons que non, alors le monde entier pourra venir. Mais je pense que c’est bien plus sensé de dire que nous sommes très chanceux d’avoir notre mode de vie, mais justement, parce que nous avons de la chance, il faut le préserver plutôt que de tout dilapider. Lire la suite sur fdesouche.com

Le Point – Merci à fdesouche.com

Source : http://ift.tt/2lb7RgJ
©MB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :