Avignon Demain Le Blog des Militants FN RBM

Accueil » Posts tagged 'FN'

Tag Archives: FN

Du jamais vu sous la Ve, la démission du chef d’état-major Pierre de Villiers !

Du jamais vu depuis 1962, date à laquelle le poste de CEMA (chef d’état-major des armées), plus haut responsable militaire placé sous l’autorité du ministre de la Défense avait été crée. Une crise tellement mal gérée par le locataire de l’Élysée en recadrant on ne peut plus sèchement et en public Pierre de Villiers que celle-ci devient carrément une « crise institutionnelle majeure ». Cette démission fracassante, justifiée par les coupes budgétaires réservées à la Défense est inédite. Il faut remonter au putsch des généraux opposés à De Gaulle en 1961, favorables alors à l’Algérie française pour retrouver un clash d’une telle ampleur entre la tête du pouvoir et son chef d’état-major des armées. Jupiter 1er laisse une armée choquée, abasourdie, et qui ne comprend plus alors qu’elle va jusqu’au bout d’elle-même et dont ses soldats acceptent le sacrifice ultime pour leur pays malgré du matériel obsolète et un manque cruel de moyens ! On peut affirmer que Macron vient de perdre ses 12 points de capital sympathie auprès de nos soldats en ne respectant pas ses promesses budgétaires lors de sa campagne, ils ont aujourd’hui le sentiment d’avoir été trahi ! Responsable de ce gâchis, il restera le tout premier président dans l’histoire de la Ve République qui aura assister à la démission d’un Cema  qui lui claque la porte au nez !

Avignon Demain Le général Pierre de Villiers a annoncé mercredi matin sa démission dans un communiqué

« Faute grave », « irresponsable », Macron fait l’unanimité contre lui ce mercredi : Pierre de Villiers claque la porte ! Photo ©Patrick KOVARIK/AFP

 

©MB

Le Front National ne donnera pas “un blanc seing au président”

Le Front National est bien décidé à ne pas donner un blanc seing au nouveau président E.Macron. Avignon est en ordre de bataille en la personne d’Anne-Sophie Rigault et de son suppléant Joris Hébrard.

Le FN est donc bien présent dans les 577 circonscriptions. Tous les cadres suspendus après l’accord passé avec Nicolas Dupont-Aignan ont été de nouveau investis.

 

Anne-Sophie-RIGAULT-et-Joris-HEBRARD

Avignon 1ère Circo : Anne-Sophie Rigault candidate aux élections législatives 2017

Réunion de la 1ère CIRCO : Vendredi 12 mai à partir de 18h00

Chers amis,

Notre réunion hebdomadaire aura lieu ce vendredi 12 mai dès 18h00 à la permanence Front National de la 1ère Circonscription d’Avignon, 38 A Avenue des Sources.

Au programme :

Nous aborderons le résultat de l’élection présidentielle ainsi que la campagne des législatives. Nous passerons ensuite aux questions diverses avant de nous séparer autour du verre de l’amitié. Nous vous attendons nombreux et comptons sur votre mobilisation. Le partage est un acte militant.

 

Réunion 12 MAI 2017 FN Avignon

FN Avignon : Réunion de la 1ère CIRCO vendredi 12 mai à 18h00

Premier débat des élections législatives sur France Bleu Vaucluse

Source : Premier débat des élections législatives sur France Bleu Vaucluse

source http://ift.tt/2ploF7O

Lettre de Marion aux Vauclusiens et Vauclusiennes

Chers Vauclusiens, chères Vauclusiennes,

 

Je vous écris aujourd’hui pour vous annoncer que je ne me représenterai pas aux élections législatives dans la 3ème circonscription de Vaucluse. Par cette lettre, je souhaite m’en expliquer directement avec vous au regard des liens qui nous unissent. Des liens de  confiance, de respect, de travail, d’amitiés même, qui me sont chers.

Certaines indiscrétions sur l’éventualité de mon départ ont malheureusement suscité la parution d’articles de presse. Mise devant le fait accompli, je ne souhaitais en aucun cas nuire à la campagne de Marine Le Pen ainsi qu’au combat national, j’ai donc préféré démentir l’information. Je voulais à tout prix éviter que cette annonce ne parasite le débat présidentiel et fasse perdre un temps d’explication précieux à notre candidate ainsi qu’à nos cadres et à nos militants. Mes intentions étaient bonnes, j’espère que vous le comprendrez et me le pardonnerez.

Je sais que ma décision entraînera de l’incompréhension et de la déception pour certains, je n’y suis pas indifférente, loin de là. Bien que cela soit un véritable déchirement affectif pour moi, je n’aurais jamais fait ce choix s’il ne m’apparaissait pas juste et nécessaire.

J’ai longuement mûri ma réflexion et ma décision s’impose à la fois pour des raisons personnelles et politiques.

Raisons personnelles d’abord car je suis chargée d’âme depuis bientôt trois ans. J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si précieuses. Elle m’a aussi terriblement manqué.

Il est essentiel que je puisse  lui consacrer plus de temps.

Par ailleurs, je n’ai jamais renoncé à l’idée de m’extirper un jour ou l’autre du monde politique pour une expérience dans la vie civile. J’aime le monde de l’entreprise, je n’ai jamais cessé de le défendre durant mon mandat et j’aspire aujourd’hui à y travailler. Cette aspiration, je vous en avais fait part dès ma campagne électorale en 2012. Vous connaissez mon histoire, vous savez que ce monde politique est le mien depuis toujours. A 27 ans, il est encore temps pour moi d’en sortir quelques temps. Je suis intimement convaincue que si je n’en sors pas maintenant, je n’en sortirai jamais. Un certain nombre de médias me prêtent déjà un destin tout tracé ainsi que des ambitions dévorantes, je refuse de m’enfermer dans leur schéma.

Raisons politiques ensuite, car je suis comme vous, je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue. Si nous voulons rendre ses lettres de noblesse à la Politique, il faut prouver aux Français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut ou à leurs indemnités. J’ai été élue très jeune, j’ai été préservée de certaines de vos difficultés et de vos inquiétudes, bien que je n’ai cessé d’y être attentive sur le terrain. L’idée que je me fais d’un bon chef politique impose que je bénéficie d’autres expériences que celles du succès électoral ou politique.

Cette légitimité et cette expérience acquises, j’espère pouvoir un jour de nouveau les mettre à votre service.  Je ne renonce pas définitivement au combat politique car j’ai l’amour de mon pays chevillé au cœur et je ne pourrai jamais rester indifférente aux souffrances de mes compatriotes. J’ai aussi un engagement moral auprès de tous ces militants vaillants et dévoués de la France patriote qui se sont battus à mes côtés et sans qui je ne serais rien.

Sachez que ce fut un honneur et un immense plaisir pour moi de vous représenter pendant 5 ans. Cette magnifique terre de Vaucluse, ses hommes et ses femmes courageux et travailleurs, cette culture ancestrale ont été mes meilleurs alliés dans la solitude parfois pesante de l’Assemblée.

J’espère avoir été digne de votre confiance et à la hauteur de vos attentes. Vous qui m’avez accueillie et adoptée si chaleureusement lors de mon arrivée en 2012, vous qui avez porté mes équipes à 51% aux élections régionales, vous qui avez encore massivement soutenu Marine Le Pen à l’élection présidentielle.

Rien ne s’arrête, car je laisse derrière moi une fédération dynamique, des dizaines de conseillers municipaux, deux maires, six conseillers départementaux et cinq élus régionaux qui continueront le combat pour vous et à vos côtés. Je soutiendrai les candidats aux législatives pour que le Vaucluse soit efficacement représenté à l’Assemblée.  Mon départ n’est ni une rupture, ni une provocation. Je suis convaincue que les députés FN et leurs alliés DLF seront les plus efficaces pour contrer la politique néfaste d’Emmanuel Macron et de ses alliés socialistes. Je démissionnerai de mon mandat régional d’ici quelques semaines, le temps pour moi d’organiser ma succession à la tête du groupe et je vous présenterai mon successeur dans la 3ème circonscription d’ici quelques jours. Le combat pour la France continue !

Chers Vauclusiens et chères Vauclusiennes, soyez assurés de mon attachement, de mon respect et de ma gratitude.

Marion Maréchal-Le Pen

source http://ift.tt/2plsZDT

Lettre de Bénédicte Auzanot, conseillère municipale de Lauris, ajointe à l’Enfance et à la Jeunesse

Chers Laurisiens, chères Laurisiennes,

Pour les élections municipales de 2014, j’ai rejoint la liste d’André Rousset L.L.D. qui se voulait apolitique pour que chacun puisse y trouver sa place et travailler en bonne intelligence. En effet, m’impliquer pour ma commune, c’est désirer le bien commun des Laurisiens et j’ai souvent résumé mon engagement et mon action par ces deux mots « bon sens ».

Aujourd’hui, je désire m’impliquer davantage dans la vie politique française afin de défendre la famille, les droits des enfants et des plus faibles. Actuellement une seule formation politique accepte de protéger clairement et sans ambiguïté l’enfant de la PMA sans père; se positionner contre la GPA (gestation pour autrui); souhaite préserver l’intégrité du mariage, accueillir et soutenir les personnes handicapées et enfin, accompagner le grand âge et la dépendance. Ce parti, qui défend ce que je considère comme fondamental pour notre société, est le Front National. C’est pourquoi je serai la suppléante de Thibaut de la Tocnaye, candidat aux élections législatives dans la 2ème circonscription pour le Vaucluse afin de l’aider dans ce combat qui a toujours été le sien.

C’est pourquoi, Monsieur le Maire m’a retiré ma délégation pour, soit disant, apaiser les esprits craintifs… De quoi a-t-on peur? J’avoue ne pas l’avoir encore compris. Lorsque M. Rousset a donné son parrainage à M. Macron, lui en ai-je fait reproche?

Evidemment, non. J’en déduis donc que « apolitique » signifie » tout sauf le Front National » ! Les 679 Laurisiens et Laurisiennes qui ont voté pour Marine Le Pen le 23 avril apprécieront…

Parce que le politiquement correct ne fait pas partie de notre  vocabulaire, parce que nos préoccupations sont également les vôtres, parce que ces enjeux sociétaux valent la peine d’être défendus, ne vous laissez pas dicter votre vote par la bien pensance. En conscience, votez pour la France que vous voulez demain !

Enfin, sachez qu’en tout état de cause, j’assumerai jusqu’à son terme mon mandat de conseillère municipale, par respect des électeurs qui nous ont fait confiance.

Bénédicte AUZANOT

source http://ift.tt/2pX7Y2f

Hommage à Jeanne d’Arc : allocution d’Anne-Sophie Rigault

Fête de Sainte Jeanne d’Arc

 

Discours d’Anne-Sophie RIGAULT, conseillère municipale d’Avignon, conseillère régionale

Rocher des Doms – Avignon

1er mai 2017

 

Chers amis,

C’est avec honneur et fierté que je m’exprime, ce soir, devant vous, à l’occasion de la Fête de Sainte Jeanne d’Arc, devenue au fil des ans notre grand rassemblement patriote, organisé pour la deuxième année sur Avignon.

Je voudrais, avant toute chose, remercier chacun de vous pour votre présence, et plus particulièrement notre Secrétaire départemental qui prendra la parole dans quelques minutes, nos deux Secrétaires départementaux adjoints, les élus régionaux, départementaux, municipaux, ainsi que les responsables et militants de Debout la France.

Nous sommes réunis ici, devant la statue de Jeanne d’Arc, pour rendre hommage à celle qui, par son courage, sa détermination et sa combativité a su résister contre l’envahisseur anglais, et a permis la libération et le redressement du royaume de France, il y a un peu plus de 600 ans.

Celle qui est affectueusement surnommée la petite Jeanne, la bergère de Domrémy ou encore la Pucelle de Lorraine a su également résister – quelles que soient les circonstances – aux doutes, aux certitudes erronées, ou aux renoncements de ceux qui, déjà à l’époque, avaient le destin de la France entre leurs mains.

Celle qui, à quelques jours du second tour des présidentielles, reste plus que jamais une des figures emblématiques de ces femmes fortes qui mènent sans peur le combat, et accomplissent leur mission sans faiblir.

Celle enfin que nous fêtons aujourd’hui, nous apprend que même lorsque le pays est marqué par la division, par le découragement et la résignation, il n’existe aucune cause, aucun combat qui ne soient perdus d’avance !

Jeanne d’Arc, cette fille du peuple, qui quitta sa Lorraine pour aller dire ou plutôt rappeler au Dauphin de France qu’il est seul maître en son royaume.

Aujourd’hui, six siècles plus tard, le souverain, c’est le peuple. Mais un peuple désormais privé de son droit à changer de politique. En effet, la caractéristique d’une nation libre et d’un peuple souverain, c’est pouvoir :

–  défendre ses frontières (indépendamment de Shenghen),

– écrire ses propres lois et décider de son budget (indépendamment de Bruxelles),

– et choisir d’avoir une armée libérée du commandement de l’OTAN.

Cette souveraineté du peuple est bafouée, chaque jour un peu plus. Elle le sera encore plus avec Emmanuel Macron président, dont François Bayrou rappelait sa soumission aux puissances de l’argent.

Avant-hier, François Hollande appelait à voter pour Emmanuel Macron. Il le faisait depuis Bruxelles. Depuis l’étranger. Tout un symbole ! Emmanuel Macron est bien le représentant du parti de l’étranger qui, malheureusement, a toujours existé dans notre pays. Marine Le Pen, elle, est la représentante du seul parti qui vaille : celui de la France !

Jamais le message de Jeanne d’Arc n’a été aussi puissant et autant d’actualité que maintenant. Jeanne nous montre que tant qu’il y a une seule personne aussi modeste, aussi humble soit-elle, qui croit en la France, rien n’est perdu !

Mes chers amis, pour terminer, permettez-moi de citer Jules Michelet qui évoquait en ces mots Jeanne d’Arc : «  Souvenons-nous toujours, Français, que la patrie chez nous est né au cœur d’une femme, de sa tendresse et de ses larmes, du sang qu’elle a versé pour nous. »

Vive Jeanne, et Vive la France !

18274922_1840009852989689_2141909976000935596_n

18274946_1840010952989579_5682758270668177122_n18194116_1840089002981774_188346214971705236_n18193858_1840009719656369_9045566204570999139_n

source http://ift.tt/2pUh0gw

Avignon : Les commerces en centre-ville

CONSEIL MUNICIPAL DU 26 AVRIL 2017

DÉLIBÉRATION N° 1

Madame Le Maire, chers (ères) collègues ;

 

Je me suis rendu ce week-end à l’hôpital, au chevet d’une personne âgée. Je ne devrais pas citer son nom, mais son cas étant grave, je vais faire une exception.

Il s’agît de madame De Centre-Ville, commerçante à Avignon.

Cette dame est hospitalisée depuis bientôt une décennie.

Elle se trouve là, parce que le corps médical n’arrive pas à poser un diagnostic fiable sur son mal.

Il tergiverse et hésite depuis bien trop longtemps à lui appliquer les bons remèdes.

Et ce, malgré l’infirmière en chef, Cécile, charmante , gentille et polie qui ne veut ou ne peut faire quelque chose pour elle.

Alors, oui, l’infirmière en chef a eu des problèmes de personnel, mais il semble qu’ils sont résolus maintenant.

Madame De Centre-Ville tient un commerce dans un bijou de petite ville à l’italienne en terre de France.

Mais les administrateurs et les habitants de cette ville ne semblent pas s’en rendre compte.

C’est en partie l’origine de son malheur. Plus personne ici ne semble avoir ni de mémoire ni de réelle connaissance de son histoire.  Plus personne ne semble porter dans son cœur l’Histoire de cette ville.

Ils citent rapidement les mots « Palais des Papes » et « Jean Vilar », comme gage de leur « culture » mais ce n’est que pure façade.

Personne ne sait regarder ce bijou me dit-elle, elle ajoute comme une confession pudique, qu’elle-même n’ose plus la regarder… Ça lui fait trop mal.

Trop mal de voir sa ville aux trottoirs sales bien que des mètres cubes d’eau soient déversés tous les matins à 5h30 ! Et oui, il faudrait frotter et ne pas seulement laisser couler l’eau.

Et les poubelles  qui débordent, mêmes les belles poubelles enterrées débordent…

Elle a même fini par se boucher le nez, l’odeur d’urine à chaque coin de rue, été comme hiver, lui soulève le cœur, au sens propre comme au figuré …

Elle m’a aussi confié qu’elle n’était pas très rassurée dans sa propre Ville, en  la traversant en journée pour aller ouvrir sa boutique ou bien entre midi et deux, pire le soir à la nuit.

Trop de grappes d’hommes avinés assis sur les perrons des hôtels particuliers ou rassemblés dans un coin de rue.

Et puis quelle est cette nouvelle mode ?

Ces jeunes qui, à l’heure du déjeuner, mangent leurs casse-croute assis par terre  sur ces trottoirs crasseux, en se hurlant des grossièretés à la figure …

On lui a dit qu’ils sont élèves dans un lycée professionnel de la ville, lycée qui autrefois portait le nom complet d’un saint et qui, par elle ne sait qu’elle décision saugrenue, a perdu son titre de « saint ».

Ils déjeunent donc par terre dans toutes les petites rues de la ville, en horde et laissent leurs canettes et les emballages sur le sol … Mais quelle éducation, pas la peine de parler d’écologie et de vivre-ensemble…

Mais madame De Centre-Ville et ses clients ont-ils à supporter les conséquences de  l’étroitesse du réfectoire de ce lycée et le manque complet d’éducation de ces jeunes ?

Oui, je l’ai trouvé complètement accablée par tant de laisser-aller, de manque de fermeté et de prise de décision.

J’ai bien senti qu’elle avait envie de se laisser mourir. Elle est à bout de force…

Alors oui, de temps en temps, tous les six ans, les médecins se penchent sur son cas avec des mines compassionnelles et une gravité de façade.

Ils échangent entre eux des propos, parlent d’analyses, de nouveaux protocoles de soin puis repartent. La laissant seule dans sa chambre triste.

Alors pour passer le temps, elle pense avec nostalgie à l’époque où sa famille et ses amis d’Aix-en-Provence venaient lui rendre visite.

Ils n’auraient pour rien au monde manquer l’occasion de venir lui acheter les derniers articles à la mode, car c’est « elle »  Avignon… qui donnait le ton en ce temps-là …

Et elle se souvient aussi de la boutique de son confrère, Louis Féraud qui habillait si bien les femmes …

Il n’y en avait que trois en France, les deux autres se trouvaient à Paris et à Cannes …

Il n’y a pas si longtemps, jusqu’à l’année dernière sa famille du Vaucluse, du Gard et du Nord des Bouches du Rhône venaient lui rendre visite à Noël en raison du marché.

Mais cette année, personne. Plus de marché de Noël, lui a répondu l’infirmière en chef …

Et comme Madame De Centre-Ville, était très attristée au fond de son lit, l’infirmière en chef, Cécile, lui a appliqué une zoothérapie, un nouveau protocole à base de girafe.

Madame de Centre-Ville n’a pas compris. Elle, elle voulait son marché de Noël…

Après un silence, elle s’est doucement emportée … Elle… Elle voudrait pour qu’on vienne la voir plus facilement, qu’on puisse se garer à moindre coût et facilement.

Elle voudrait que soit développé du rotatif en surface et des tarifs de stationnement longue durée adaptés.

Elle me dit qu’il manque un parking en ouvrage au Nord-Est de l’intra-muros.

A l’hôpital, des Monsieur et Madame De Centre-ville, il y en a beaucoup. Les docteurs passent les voir eux aussi. Ils leur posent des questions sur leur état de santé, mais au final, ils ne les écoutent pas. Ils le savent bien.

Eux, comme ils sont respectueux des docteurs, ils répondent bien poliment…

Elle reprend …  Vous savez, il faudrait instaurer une politique de location ou de rachat de boutiques vides pour y implanter de jeunes commerçants et des boutiques éphémères pour entretenir la curiosité des clients.

Et puis, madame de Centre-Ville est coquette. Mais elle n’a pas les moyens de se payer un ravalement de façade …

Elle aimerait bien qu’on l’aide un peu à bien présenter…

Elle ajoute qu’elle pourrait même se contenter de quelques piqûres de Botox qu’elle se ferait appliquer sur quelques rides, notamment celle du lion, la ride des soucis et de la colère ancrée.

Ragaillardie par toutes ces perspectives de bon sens, bien moins chères que tous ces projets de médicaments coûteux aux résultats incertains, Madame De Centre-Ville m’a confié une dernière chose : j’aimerai bien, m’a-t-elle dit, que Madame Le Maire se rende à mon chevet, pouvez-vous le lui dire ?

Et vous savez, moi, je sais que ce n’est pas d’un vaccin dont j’ai besoin. Il me faut un antibiotique à spectre large et de l’accompagnement thérapeutique.

Notre groupe s’abstiendra pour cette délibération, deux raisons … perte de temps et effet placebo pour nos commerces…ils n’ont plus de temps à perdre.

Merci Madame le Maire.

Daniel Christos

Conseiller Municipal, Conseiller Communautaire au Grand-Avignon

 

Non, Monsieur Macron, tout ne s’achète pas !

Communiqué de Nicolas Dupont-Aignan

 

Le 29 avril 2017,

Je m’indigne qu’Emmanuel Macron vienne de qualifier mon alliance avec Marine Le Pen de « combine d’appareil qui a vocation à régler […] les problèmes de financement » de ma campagne.

Je démens formellement cette accusation ignoble qui révèle le vrai visage d’Emmanuel Macron : contrairement à lui, je ne raisonne pas en termes d’argent, mais avant tout de convictions. Non, Monsieur Macron, tout ne s’achète pas !

Mon parti reste indépendant. Aucun accord financier n’a été conclu avec le mouvement de Marine Le Pen : ma campagne intégralement financée par les dons des adhérents et sympathisants a fait l’objet d’une gestion rigoureuse des dépenses. Au lendemain du 1er tour de l’élection présidentielle, j’ai d’ailleurs lancé une souscription afin de boucler le financement de ma campagne qui s’élève à près d’1,5 million d’euros.

Monsieur Macron pourra attester de ma bonne foi en vérifiant auprès de la Commission de Contrôle des Comptes de Campagne. Je n’ai aucune leçon à recevoir d’un candidat aussi tenu que soutenu par les puissances d’argent.

Nicolas Dupont-Aignan

Président de Debout La France

Député de l’Essonne

source http://ift.tt/2psHRNK

Lettre de Marion aux Vauclusiens

lettre aux vauclusiens lettre aux vauclusiens2

source http://ift.tt/2qiJRIx

%d blogueurs aiment cette page :