Avignon Demain Le Blog des Militants FN RBM

Accueil » Posts tagged 'Mairie'

Tag Archives: Mairie

Conseil du 27 mai 2015 : synthèse de nos positions

Le Conseil municipal du 27 mai comportait 29 délibérations, la plupart techniques. Retour sur les principales délibérations et les prises de position de vos élus FN/RBM.

 

1/ Rapport de la Chambre régionale des comptes

 

Le Conseil a commencé par la présentation du rapport de la Chambre régionale des Comptes sur la gestion de la ville entre 2006 et 2014. Avec la mise en lumière d’un certain nombre de difficultés, notamment sur l’endettement, qui demeure important, et le taux d’imposition, qui est plus élevé que pour d’autres villes de la même strate démographique.

 

Comme il fallait s’y attendre, la gauche a critique « l’héritage » de la précédente gestion UMP.  Une UMP qui quant à elle a vanté certains points positifs soulevés par la Chambre.

 

Nous avons souligné que l’analyse du rapport revient à l’histoire du verre à moitié plein ou verre à moitié vide : chacun fait dire aux chiffres ce qui l’arrange. Le vrai problème n’est pas dans le passé mais dans l’avenir. Un avenir qui s’annonce sombre au regard des perspectives dressées par le rapport, avons nous constaté. La Ville ne peut guère augmenter ses recettes, et va avoir de plus en plus de mal à rembourser sa dette. Ce pour une raison essentielle : la baisse des dotations de l’Etat, mise en œuvre par l’actuel gouvernement. Mme Helle a beau se plaindre de cette situation, n’oublions pas que ce sont ses amis socialistes qui en sont la cause et mettent Avignon, comme beaucoup d’autres collectivités locales, en difficulté.

 

Nous avons insisté sur le fait que nous devions garder une capacité d’investissement, essentielle tant pour le cadre de vie des Avignonnais et des Montfavétains que pour l’économie locale.  Ce qui veut dire une véritable politique de réduction des dépenses de fonctionnement, avec une meilleure organisation, en s’appuyant sur des équipes plus motivées et plus perfrmantes, et aussi en arrêtant de subventionner tout et n’importe quoi.

 

C’est possible, encore faut-il le vouloir. « Là où existe une volonté, existe un chemin, », a indiqué Philippe Lottiaux à Mme Helle, « mais permettez moi de douter fortement du chemin dans lequel vous nous entrainez, qui risque fort, malheureusement, de s’avérer une impasse », a t-il conclu.

 

2/ Le stationnement durant le festival…et en dehors

 

Nous nous sommes abstenus sur la délibération prévoyant les mesures de réduction de la circulation durant le Festival, mais aussi un certain nombre de changements plus pérennes concernant le stationnement dans le centre-ville.

 

 

 

Les mesures pour le Festival semblent pour l’essentiel cohérentes, hormis peut-être l’interdiction totale de la circulation hors riverains à partir de 13h.  Au delà, la délibération prévoyait certaines mesures pérennes (extension des parcs relais des Italiens et de l’Ile Piot, paiement du parking des allées de l’Oulle et du bord des remparts), qui sont compréhensibles dès lors qu’elles s’inscrivent dans une vision globale du stationnement dans le centre.

 

Or, et c’est ce que nous avons reproché à cette délibération, le vrai problème du stationnement dans le centre n’est pas traité. Nous avons demandé une réflexion urgente sur le sujet. Nous souhaitons l’articuler autour de 3 thèmes :

  • permettre aux résidants du centre de se garer plus facilement et à moindre coût à proximité de chez eux, avec la création de 2 nouveaux parkings souterrains intra-muros et des formules d’abonnement plus avantageuses
  • permettre aux personnes venant faire leurs courses à Avignon de bénéficier d’une heure gratuite et de disposer de davantage de places pour les inciter à fréquenter les commerces du centre
  • créer un nouveau parking relais dans le Sud et renforcer les navettes en soirées et en week-ends.

 

Nous serons particulièrement attentifs à cette question, essentielle pour l’attractivité touristique et commerciale de l’intra-muros, et pour faire revenir des habitants dans l’intra-muros.

 

3/ Opération « un été à Avignon »

 

Nous avons voté ce projet qui offre aux jeunes restant à Avignon durant l’été un ensemble d’activités. Nous serons cependant attentifs à son bilan : nous craignons qu’elle soit loin de concerner tous les jeunes Avignonnais. Il faut évidemment des actions pour le quartier de St Chamand, mais aussi pour les autres quartiers d’Avignon.

 

4/ Vote de la charte des « food trucks »

 

La Ville veut permettre à des « food trucks » de s’implanter, sans pour autant concurrencer les restaurants et commerces traditionnels. Pourquoi pas. En revanche, nous avons déploré que la collectivité utilise cet anglicisme. Comme le disait Frédéric Mistral, «la langue, par la culture qu’elle véhicule, est l’âme et le cœur d’un peuple, son ossature mentale ». Nous continuerons à œuvrer pour l’emploi de la langue française et la francophonie.

 

5/ Subventions à certaines associations culturelles

 

Nous avons voté la délibération portant réduction des subventions à un certain nombre d’associations culturelles, après avoir cependant hésité : si cela peut se concevoir pour certaines associations, d‘autres ne méritent pas cette baisse au regard de l’impact qu’elles ont sur l’attractivité de la ville.

 

Contrairement à ce que quelques désinformateurs professionnels peuvent dire et écrire, nous sommes très attentifs au maintien de la vie culturelle sur Avignon. Et nous veillerons à ce que cette baisse des subventions du fait de la situation budgétaire très difficile de la Ville ne conduise pas certaines associations utiles à la faillite. Il faut savoir faire les bons choix.

 

6/ Subvention aux centres sociaux

 

Nous n’avons pas voté cette délibération accordant près de 380 000 € de subventions à différents centres sociaux dans le cadre de la politique de la ville. En effet, nous considérons que le montant total des subventions qui leur sont allouées, bien supérieur au final, est hors de proportion avec leur utilité réelle.

 

Il faut évidemment maintenir les centres sociaux et les aider dans certaines de leurs actions. Mais il faut également une vraie évaluation et un vrai bilan, ce qui n’est pas le cas. Et arrêter de subventionner tout et n’importe quoi pour se donner bonne conscience. Sous prétexte qu’il s’agit des « quartiers ». La lutte contre le gaspillage doit s’appliquer à tout le monde. Cela fait plus de 30 ans que des dizaines de millions sont consacrés à la politique de la ville. Vit-on mieux dans les quartiers concernés ? Ce n’est pas forcément évident.

 

Anne-Sophie Rigault a souligné qu’une partie de cette subvention serait sans doute plus utile si elle était consacrée à l’embauche de policiers municipaux supplémentaires pour assurer la sécurité dans certains quartiers, ce qui constitue aujourd’hui le problème n°1 pour beaucoup d’habitants.

 

7/ Subvention au comité des fêtes de Montfavet pour la Fête des foins

 

Nous avons voté pour cette subvention permettant à cette importante manifestation montfavétaine de se tenir.

 

Cependant, nous avons demandé également une véritable politique culturelle pour Montfavet. Raphaël Mérindol a notamment dénoncé l’inconfort et l’exiguïté de la bibliothèque, qui ne comporte que 4 chaises pour 16 000 Montfévétains !

 

Nous attendons de la municipalité une véritable action pour la culture à Montfavet, comme nous l’avions proposé dans notre programme municipal. Visiblement, nous risquons d’attendre malheureusement longtemps.

 

 

image: http://avignon-demain.e-monsite.com/medias/images/avignon-demain-au-service-d-avignon-1.png

image: http://avignon-demain.e-monsite.com/medias/images/avignon-demain-au-service-d-avignon-1.png

Les élus d'Avignon Demain au service des Avignonnais

 

 

Philippe Lottiaux 

Publicités

Avignon Fête des Voisins 2015 : un Grand Cru

J’espère qu’il n’aura échappé à personne qu’hier, c’était la fête des voisins. Un moment de convivialité et de partage qui donne la possibilité d’aller à la rencontre de ceux que l’on croise régulièrement sans pour autant les connaître, et créer du lien hormis le côté festif. Tout ce qui rapproche est constructif, en prenant soin de ne pas devenir trop envahissant. Hormis les sujets de discordes qui tournent toujours autour des mêmes problématiques : le bruit, les odeurs, la voiture, que connaissons-nous, de ceux et celles qui évoluent en périphérie de nos vies quotidiennes ?

Entretenir de bonnes relations avec son voisinage améliore sensiblement la qualité de nos vies, et peut s’avérer utile !

Quant à la Mairie d’Avignon, on ne peut que déplorer sa cruelle absence de communication sur cet évènement, on se demande à quoi sert le service dédié à la diffusion des informations du cabinet du maire, peut-être n’existe il plus tout simplement, à moins que la pile des demandes soit elle, qu’il faille les traiter dans l’urgence par manque de temps ou de compétences, quand elles ne sont pas purement et simplement oubliées ? Avez-vous simplement posé votre regard sur l’affiche annonçant ce rendez-vous aux quatre coins d’ Avignon ?

À vouloir tout contrôler, ne rien déléguer, on avance plus, on recule !

Le Front National, Rassemblement Bleu Marine, les élus et militants étaient bien évidemment mobilisés pour faire de cette soirée une réussite et elle le fut !

La fête des voisins 2015, la mairie d'Avignon en aura fait un évènement presque confidentiel !

La fête des voisins 2015, la mairie d’Avignon en aura fait un évènement presque confidentiel !

Orientation budgétaire d’ Avignon : un constat sans solutions !

CONSEIL DU 17 DECEMBRE 2014 

INTERVENTION DE PHILIPPE LOTTIAUX- GROUPE AVIGNON DEMAIN

DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE

Madame le Maire, mes chers collègues,

Avec ce débat d’orientation budgétaire, l’esprit de Noel flotte sur notre conseil municipal, même si nous regrettons l’absence de la crèche dans notre Hôtel de ville, mais c’est là un autre sujet.

Car le document que vous nous avez remis est un somptueux emballage cadeau, joli et brillant, avec plein de bolduc et de décoration. Et ce même si le Père Noel en chef, qui a récemment troqué le bonnet rouge pour le casque de scooter ou la chapka, est un peu radin avec sa baisse des dotations de l’Etat.

Devant un si bel emballage, on aurait presque envie de dire merci.

Car en effet, on ne peut qu’être d’accord avec les priorités affichées : l’école, l’enfance et la jeunesse d’une part. La sécurité et la propreté d’autre part, dont nous nous réjouissons de constater que vous les considérez aujourd’hui comme les deux premières priorités des Avignonnais et des Montfavétains, rejoignant ce que nous disons depuis longtemps déjà. La qualité de vie enfin, tant elle est essentielle au quotidien des habitants.

Nous ne pouvons également qu’être d’accord quand vous soulignez la désastreuse politique du gouvernement à l’égard des collectivités locales, que nous dénonçons fermement, et qui va creuser les difficultés des collectivités tout en portant un coup fatal à l’investissement public local.

Nous ne pouvons qu’approuver votre volonté de ne pas augmenter la fiscalité et de maîtriser les dépenses de fonctionnement.

Nous sommes même favorables aux pistes à moyen terme que vous évoquez : la mutualisation, le regroupement des services, les économies d’énergie, la recherche de nouvelles sources de financement ou encore les cessions d’actifs non stratégiques.

Alors oui l’emballage que vous nous présentez est très beau. Mais hélas, une fois ouvert, la boite est vide.

Sur la politique en faveur de la propreté et de la sécurité par exemple, nous avons déjà eu en ces lieux l’occasion de dire que les actes n’étaient pas à la hauteur des discours et des ambitions. Nous n’y reviendrons pas.

Concernant la maîtrise des dépenses sans hausse de la fiscalité, nous sommes quelque peu inquiets sur la poursuite de cette politique à moyen terme, compte tenu de certaines mesures que vous prenez, telle la remunicipalisation de la restauration scolaire. Et aussi compte tenu d’une maîtrise très relative des dépenses de personnel. Certes, l’évolution importante de 2014, 3,8%, est due pour l’essentiel à des décisions de l’Etat qui se sont là encore imposées aux collectivités. En revanche, prévoir en 2015 un taux de 1,8%, correspondant globalement au GVT, et même avec l’impact de réforme des rythmes scolaires, ne dénote pas une véritable ambition en ce domaine pourtant essentiel.

Mais, plus largement, vous vous contentez à travers ces orientations de constater, et de prendre des mesures pour pallier les conséquences d’une situation, sans vous attaquer à ses causes.

Avignon est, malheureusement, une ville pauvre. Cette pauvreté est une des causes premières des difficultés rencontrées : faible taux de population payant la taxe d’habitation, coût élevé des actions sociales,…. Et, au final, perte d’attractivité de notre ville.

Or, vous semblez, c’est en tous cas ce qui ressort de ce document, vous satisfaire comme d’une aubaine du statut d’Avignon comme commune défavorisée. C’est évidemment tout sauf une aubaine. C’est un bien triste constat.

Mais où sont les orientations pour en sortir ? C’est cela, une fois le constat effectué, que nous aurions aimé voir.  Ce n’est pas un débat d’orientations que nous avons là, c’est un débat de constatations, voire de compensations.

Car au final, et en dehors de mesures budgétaires de bon sens et de toutes façons indispensables, car vous n’avez pas le choix, nous sommes dans des choix axés sur la compensation des difficultés rencontrées par les habitants, mais pas sur leur résolution.

Par exemple, le social est nécessaire pour tous ceux que la crise et la dureté des temps économiques laissent sur le bord du chemin. Mais le but d’une politique sociale, ce n’est pas de croître et embellir pour servir d’élément de glorification. C’est de disparaître car nous aurons fait en sorte qu’elle ne soit plus nécessaire. Or c’est pour vous une finalité ultime.

De même, des éléments aussi essentiels que la propreté et la sécurité, l’accompagnement éducatif, ne sont pas là encore des finalités mais des préalables indispensables à quelque chose de plus grand, qui est le devenir d’Avignon et de Montfavet, pour sortir de la situation qui est la nôtre aujourd’hui.

Or, dans ces orientations, pas un mot du rayonnement de la ville, pas un mot du tourisme, pas un mot du commerce. Qui sont pourtant autant de points d’appui essentiels. Pas un mot sur la valorisation de nos atouts.

Je vais prendre un exemple. Avignon a déjà un taux très important de logements sociaux. Vous le soulignez. Et on nous parle d’en construire encore. Mais ne croyez vous pas qu’Avignon doit cesser d’être la terre d’accueil de toutes les difficultés sociales, et qu’elle doit d’abord chercher à résoudre celle de ses habitants ? Que les moyens, à un moment, doivent aussi être consacrés à faire en sorte que les bénéficiaires de logements sociaux puissent en sortir ? Afin de créer une rotation à travers la réalisation de logements intermédiaires et l’accession sociale à la propriété ? Croyez vous que renforcer le taux de logements sociaux fera décoller économiquement notre ville ? Et croyez vous que les gens rêvent de vivre dans des logements sociaux ? Non, ils veulent simplement avoir les moyens de se loger décemment. Et c’est à cela que nous devons avant tout travailler.

De fait, parallèlement à une politique active de développement économique, qui relève du Grand Avignon, la ville doit redevenir une ville accueillante pour les étudiants, les actifs, les seniors, mais aussi pour les touristes. La ville doit, dans l’intra-muros comme dans tous les quartiers, de nouveau attirer de la richesse afin de redynamiser une économie locale en déshérence, ce dont souffre actuellement un grand nombre de nos commerçants.

Cela s’appelle du rayonnement. Et c’est aussi, évidemment, notre rayonnement culturel. Ce qui n’apparaît d’ailleurs pas dans ces orientations. Alors certes Avignon n’est pas en reste, avec son Festival, son patrimoine, ses musées, ses théâtres permanents, son Opéra,… Mais si des économies doivent évidemment être faites, nous trouvons dommage qu’elles le soient parfois sur des subventions à des associations qui assurent ce rayonnement de notre ville. Votre projet culturel est centré sur les quartiers, alors qu’il doit être pour tous les Avignonnais, y compris ceux qui n’ont pas de difficultés. La vraie mixité, c’est aussi de savoir s’adresser à tous, et d’arrêter de s’adresser à des minorités, fussent-elles visibles ou agissantes. N’oublions jamais que ce qui nous divise, ce sont les communautés, et que ce qui nous rassemble, c’est notre identité.

Au final, au delà de la technique budgétaire, nous pensons qu’il faut aujourd’hui tirer Avignon vers le haut. C’est la première nécessité. Et c’est là la grande ambition pour notre ville. Nous ne la percevons malheureusement pas dans ces orientations.

Je vous remercie.

sources : Philippe Lottiaux, Avignon Demain

Orientation budgétaire d’ Avignon : un constat sans solutions !

Orientation budgétaire d’ Avignon : un constat sans solutions !

L’immobilisme PS en action !

L’orchestre d’Avignon essuie les plâtres !

Madame le Maire,

Mes chers Collègues,

Alors que de récents articles de presse se faisaient l’écho d’une baisse des subventions de 5%, la Ville décide ce soir de baisser brutalement la subvention de l’Orchestre.

Vous avez dit ce soir, en début de conseil, «qu’il fallait faire des économies, en faisant un effort sans précédent ». Vue la conjoncture actuelle, avec la baisse des dotations de l’Etat qui se profile, nous partageons avec vous cette volonté d’utiliser au mieux chaque euro dépensé.

Cependant, cette baisse annoncée sera répercutée uniquement sur le budget artistique, puisque la masse salariale de l’Orchestre et les charges fixes incompressibles représentent 87% du budget.

Le problème qui se pose est que cette baisse n’était pas prévue, que la convention 2015-2016-2017 a été travaillée et adoptée en commission technique, et que les subventions ont été renouvelées pour trois ans au même niveau, sans prendre en compte la courbe de carrière des personnels qui représentent 1% par an (prévu par la convention collective nationale).

Il a donc déjà fallu compenser cette non-augmentation par des recettes propres exceptionnelles pour environ 180 000€, sur les trois années. La saison 2014/2015 est déjà engagée, le seul moyen de trouver des économies est donc d’annuler des concerts.

Lorsque, sur un budget artistique d’environ 450 000€, on retire 125 000€ de subventions, il faut faire des choix. Et annuler des concerts, faute de moyens, n’est pas une solution pour une ville de Culture comme Avignon. Il ne faut pas oublier que le budget de l’Orchestre d’Avignon est l’un des plus faibles de France. Pourquoi ne pas maintenir le budget de 2015 et proposer, envisager un projet artistique adapté pour 2016  et 2017 ?

Nous ne refusons pas la convention d’objectifs proposée, mais n’étant pas d’accord avec le montant alloué, nous nous abstiendrons.

Je vous remercie.

Anne-Sophie RIGAULT

Avignon Ville de Culture au rabais ! Budget artistique en berne.

Avignon Ville de Culture au rabais ! Budget artistique en berne.

Avignon : coup de blues des gardiens de squares en grève !

Quinze agents gardiens des parcs publics de la ville d'Avignon sont en grève

Quinze agents gardiens des parcs publics de la ville d’Avignon sont en grève

Le mal-être des gardiens de parcs est palpable à Avignon. Incivilités et menaces jalonnent leur quotidien. La mission qui leur est dévolue va au-delà de la simple surveillance. S’ils ne sont ni psychologues, ni assistants sociaux, ils désamorcent chaque jour des situations explosives d’individus à la dérive, reflet des laissés-pour-compte de la société. En première ligne de tous les maux auxquels ils sont confrontés, leur mérite ne fait aucun doute au regard de tout ce qu’ils subissent.  Quinze agents sont en grève depuis samedi dernier et demandent au maire de les recevoir. Cécile Helle prendra elle conscience que le climat déjà tendu dans lequel ils évoluent est le miroir de l’insécurité galopante, qui plus généralement, au-delà des parcs et des gardiens concerne tout les Avignonnais ?

%d blogueurs aiment cette page :